Il est très tard, cette nuit d’octobre, quand vous poussez la porte de l’Atelier. Vous ne savez pas encore très bien ce que vous venez y chercher, peut-être un peu de réconfort au coin du feu ou une bonne tasse de chocolat chaud. En revanche, vous savez ce que vous fuyez, cette nuit sombre et lugubre, pleine de bruits étranges et d’ombres monstrueuses.

maison hantée par nuit d'orage

Vous pénétrez dans la pièce, remplie de bibliothèques qui ploient sous le poids des livres. Le carillon a retentit si fort que vous avez bien cru que votre cœur allait s’arrêter.

Le feu dans la cheminée s’est éteint. On aperçoit les fauteuils d’ordinaire si moelleux dans la pénombre. Ce soir, ils ont plutôt l’air de fauves prêts à bondir. Un courant d’air froid se glisse sous la porte, s’enroule autour de vos chevilles, enserre vos poignets et votre gorge avant de repartir par la fenêtre qui donne sur le jardin. Vous vous précipitez pour la refermer.

« Bonsoir ».

Vous sursautez, un hurlement muet se dessine sur vos lèvres. Vous n’osez répondre.

« Bonsoir » reprend la voix.Vous entrevoyez une paire de jambes croisées sur un des fauteuils. Vous pourriez mettre votre main au feu qu’elles ne s’y trouvaient pas une minute auparavant. Si seulement il y avait un feu.

« …bonsoir. Excusez-moi, je ne voulais pas déranger, je viens pour l’Atelier ».

« Tout à fait », des mains caressent un chat noir blotti sur les jambes sans visage. Le chat vous regarde fixement, l’éclat de ses yeux est le seul qui vous parvient. Vous vous sentez d’autant plus mal à l’aise.

« Vous venez pour l’Atelier, car ce soir, c’est…

La nuit des mots-vivants

poursuit la voix avant d’éclater d’un rire machiavélique.

À cet instant l’enfer se déchaine. Des hurlements d’outre-tombe vous parviennent de l’extérieur, de ce jardinet si coquet où vous avez pris tant de plaisir à écrire durant les beaux jours. Des mains cadavériques viennent frapper au carreau, le vent rugit dans le conduit de la cheminée, faisant trembler les murs et votre corps. Il fait froid, très froid.

zombies de la nuit des morts-vivants
Coucou.

« Vous voilà dans de beaux draps » ironise la voix. « Une malédiction a frappé l’Atelier. Pour vous en sortir vivant, ce mois-ci vous allez devoir vous plier à plusieurs nouveaux exercices d’écriture, pour conjurer les mauvais sorts d’Halloween« .

Vous déglutissez péniblement. Pourquoi ce genre de choses n’arrivent qu’à vous?

« Cette semaine, vous allez devoir raconter l’histoire de vos personnages…qui vont faire face à une terrible épidémie de zombies« . La sentence tomba comme un couperet. Vous êtes persuadé d’avoir perçu un bruit de guillotine au loin.

« Prenez place ». La voix vous désigne le fauteuil face à elle. Sur un guéridon, une bougie vient de s’allumer sans explication. Vous distinguez alors de quoi écrire.

Vous allez vous asseoir en tremblant légèrement. Puis vous saisissez le stylo et les feuilles. Le courage vous revient. Vous allez affronter le mois de l’horreur à l’Atelier!

maison hantée de nuit dans une forêt

Si vous avez encore un peu de courage, vous pouvez aller vous frotter aux méchant.e.s des histoires de l’Atelier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *